Toujours de gros bénéfices cette année avec i-bénéfices


 

Saison 3 Episode 5

La méthode "Carolus" (1998)

la méthode GRM CarolusMéthode turf CAROLUS

Comment, à partir de ces scores va-t-on décider si la course est jouable ou non ?
Il y a plusieurs aspects importants à prendre en compte :
• Le premier de la synthèse originale a-t-il un score élevé, ce qui signifierait que l'on se trouve en présence d'une course ou le favori est solide ?
• Quel est le score du deuxième de la synthèse originale (car rappelons-le c'est lui qui constitue la base de notre sélection) et comment l'interpréter ?
• Qu'indique l'écart entre le score du premier et le score du deuxième : peut-on en tirer des enseignements sur les rapports à attendre ?

Les réponses à ces questions sont essentielles car elles vont nous permettre :
• De jouer à bon escient dans les courses où ces paramètres seront les plus favorables .
• De moduler nos mises selon les cas car, parmi les cas favorables, certains le seront encore plus que d'autres.

Nous ne vous livrerons pas tout le détail des calculs qui ont abouti à nos conclusions; ce qu'il est important de comprendre c'est que nous avons réussi à capter des phénomènes qui se reproduisent dans le temps et dont la logique ne peut être mise en doute.

Prenons deux exemples qui illustrent différents cas de figure de course que nous devons étudier :
Exemple 1 :
Le premier de la synthèse originale a un score élevé.
Traduction : nous sommes en présence d'une course ayant un favori solide, donc course qui n'est pas indéchiffrable, qui a priori doit être jouable.
Le deuxième de la synthèse originale a un score proche de celui du premier.
Traduction spontanée : comme c'est notre choix (la sélection de base de CAROLUS), il s'agit d'un cas favorable car il a pratiquement autant de chances que le premier d'être à l'arrivée.
Ce raisonnement tient la route : bien sûr, si le deuxième a un score proche du premier, il a de fortes chances d'être à l'arrivée. Soit mais rappelons nous qu'il ne suffit pas de gagner souvent pour être bénéficiaire; on peut gagner souvent mais avec des rapports insuffisants et se retrouver déficitaire.
C'est précisément dans ce cas de figure que nous nous trouvons : le deuxième favori ayant un score proche du premier favori, il y a de grandes chances pour que son rapport au jeu simple placé soit assez faible s'il est à l'arrivée.
Ainsi, nous venons de démontrer que le fait que le deuxième de la synthèse originale ait un score élevé proche du score du premier n'est pas forcément favorable pour notre jeu.
Exemple 2 :
Par rapport à l'exemple 1, prenons le cas de figure suivant :
Le premier de la synthèse originale a un score élevé; comme dans l'exemple 1.
Le deuxième de la synthèse originale a un score beaucoup plus faible que le premier de la synthèse originale.
Nous avons vu dans l'exemple 1 que le fait que le deuxième ait un score élevé n'était pas forcément favorable car cela donne de trop faibles rapports.
Nous voulons donc savoir avec cet exemple 2 ce qu'il peut en être au niveau de la rentabilité si le deuxième a cette fois-ci un score faible.
Cela ne sera pas concluant non plus : certes, si le concurrent est à l'arrivée, son rapport au jeu simple placé sera intéressant; mais le problème se situe au niveau de la fréquence de gains, autrement dit du taux de réussite de ce type de cheval. Le deuxième de la synthèse originale ayant un score faible ne sera pas assez souvent à l'arrivée pour rentabiliser notre affaire.
Conclusion :
Si le premier de la synthèse originale a un score élevé, les cas extrêmes où le deuxième de la synthèse originale a soit un score très proche de celui du premier soit un score très faible ne sont pas des cas favorables.
On se rendra compte que les cas les plus favorables sont les situations intermédiaires, à savoir celles ou le deuxième favori de la presse a un score ni trop élevé ni trop faible.
Notre étude a également mis en évidence que parmi tous ces cas de score du deuxième favori, les cas où le premier favori a un score élevé seront de toutes manières toujours plus favorables que les courses ou il a un score plus faible.
Vous le voyez, tout n'est pas si simple car il faut prendre en compte à la fois le score du premier favori, le score du deuxième favori et l'écart entre ces deux scores. Tout en gardant à l'esprit que l'écart entre le premier et le deuxième ne doit pas être interprété de la même façon selon que le premier favori a un score très élevé, moyen ou faible.

la suite : épisode 6

Dernière mise à jour mercredi 21 avril 2021


HAUT