Trucs et astuces

Cette rubrique s'adresse à la fois aux débutants, aux joueurs occasionnels et aux joueurs réguliers.

Les plus habitués passeront rapidement sur les connaissances de base pour s'attarder sur les paragraphes les plus intéressants.

Nous attendons bien sûr vos questions ou vos remarques ou suggestions par l'intermédiaire de notre rubrique questions/réponses.

Le rendement théorique à la roulette est de 36/37 soit 97,29%

La première cause d'échec à la roulette est le manque de méthode.

Le rendement de 97,29% peut facilement être amené à 98,64%.

Les avantages des chances simples de la roulette sont multiples.

Le principe de la permanence personnelle.

 

Le rendement théorique à la roulette est de 36/37 soit 97,29%

Cela signifie que sur 100 francs joués, le joueur récupère en moyenne 97 francs; on peut aussi dire que le " prélèvement " du casino est de 100-97,29=2,71%.

 

Est-ce que cela signifie que si je vais au casino avec 1000 francs, je vais repartir la plupart du temps avec 972 francs ?

Cela pourrait paraître étonnant car on se rend bien compte lorsque l'on fréquente les casinos que les joueurs ne s'en sortent pas toujours aussi bien et qu'il faut une bonne dose de réussite pour en repartir avec si peu de perte.

 

Explication :

 

Ce rendement théorique ne peut être mesuré que sur un échantillon suffisamment représentatif qui, à la roulette, peut représenter plusieurs milliers voire dizaines de milliers de boules. Une soirée de jeu de 3 heures va connaître environ cent boules, ce qui est insuffisant pour pouvoir coller de près ou de loin au rendement théorique ci-dessus exposé.

Ce phénomène est ensuite aggravé par la façon de jouer de la plupart des joueurs qui n'est pas uniforme.En effet, le rendement théorique de 97,29% s'apprécie sur un même jeu joué de nombreuses fois consécutivement.

Par exemple, je joue et je joue uniquement et à chaque boule une pièce sur le 36.Dans ce type de jeu, on peut effectivement espérer un rendement théorique (sous réserve de la taille de l'échantillon comme indiqué ci-dessus).Mais qui joue ainsi ? pratiquement personne ;chacun joue un jeu, puis un autre jeu à la boule suivante et ainsi de suite, ce qui donne un jeu totalement désordonné qui ne peut pas suivre la théorie du rendement de 97,29% (ceci pourra toutefois être remis en cause par certaines théories que nous aurons l'occasion d'exposer).

 

 

La première cause d'échec à la roulette est le manque de méthode.

Nous avons vu ci-dessus que le rendement théorique, qui soit dit en passant est fort élevé par rapport à toutes les autres formes de jeu que l'on peut rencontrer, ne peut être obtenu que par une uniformité du jeu. Ceci est valable quel que soit la méthode choisie. Par exemple , le simple fait de choisir de jouer systématiquement la dernière douzaine vous permettra d'obtenir un rendement probablement plus élevé que si vous décidiez de jouer sur l'une des trois douzaines choisie à chaque boule au gré de votre inspiration. Vous pouvez le vérifier à chaque séance de jeu, faites le test.

Il faut donc, avant de débuter votre jeu, décider d'une stratégie puis vous y tenir tout au long de votre séance de jeu ;comme votre stratégie sera toujours basée sur une quelconque logique, vous obtiendrez toujours de meilleurs résultats qu'en en adoptant aucune ;et vous pourrez espérer bénéficier au mieux de la théorie du rendement de 97,29%.

Cette règle est essentielle et doit être votre souci premier lors de toute tentative à la roulette.

Un exemple simple pour finir : après dix boules sans répétition de finale, je commence à jouer pour une répétition de finale. Ce type de jeu, s'il ne garantit pas un bénéfice systématique, doit permettre de jouer assez longtemps et de rencontrer assez souvent des séances bénéficiaires, si l'on s'y tient scrupuleusement.

 

 

Le rendement de 97,29% peut facilement être amené à 98,64%.

Pourquoi s'en priver, il existe un type de jeu à la roulette qui offre un rendement supérieur à tous les autres. Il s'agit du jeu aux chances simples : rouge, noir, impair, pair, manque et passe.

 

Explication :

Lorsque vous jouez sur une des six chances simples de la roulette et que le zéro sort, au lieu de perdre totalement votre mise comme sur toutes les autres chances, il vous est offert deux possibilités : soit récupérer la moitié de votre mise soit laisser " enfermer " votre mise, celle ci étant soit libérée à la boule suivante si votre chance sort, soit perdue définitivement si la chance opposée sort.

Donc en pratique, on peur résumer la situation ainsi : sur 37 boules, si je joue le rouge, je vais récupérer en théorie 18 fois 2=36 mises ½ mise lors de la sortie du zéro (les 18 boules restantes correspondant à la sortie théorique de 18 noirs).Récapitulons le total des mises et des gains : 37 mises posées - 36,5 mises gagnées soit un rendement de 36,5/37=98,64% de rendement.

 

 

Les avantages des chances simples de la roulette sont multiples.

Outre l'avantage non négligeable que nous venons d'évoquer, le choix du jeu aux chances simples peut être dicté par d'autres motivations.

 

Jouer sur les chances simples implique des gains fréquents, qui ne génèrent pas obligatoirement des bénéfices mais qui permettent de tenir plus facilement des séances de jeu sur le plan nerveux et psychologique.

Chacun sait, s'il a expérimenté à une table de roulette une ou plusieurs méthodes de jeu, que l'absence répétée de gains peut nous faire perdre pied sur le plan nerveux, nous amener soit à arrêter une séance de jeu alors que c'était justement le moment de la continuer (on arrête et on voit que la boule suivant notre arrêt nous aurait fait obtenir un gain), soit à augmenter les mises de façon plus importante que ne l'indique notre méthode (ce qui bien souvent accélère la perte du capital) ou encore à poser une mise importante sur une chance simple pour se refaire quand bien même notre méthode serait un jeu sur des numéros pleins.

Pour un novice, ces remarques peuvent paraître hors sujet; celui qui n'a jamais vécu ce type d'expérience pense de façon quasi systématique que s'il se rend à une table de roulette avec une méthode de jeu, il n'aura aucune difficulté à rester discipliné dans l'application de sa méthode. La réalité est toute autre: si la méthode fonctionne bien , s'il ne rencontre pas une période d'écart important, effectivement tout novice s'en tiendra sans trop de peine à l'application stricte du système avec lequel il est venu au casino. Par contre, en cas de nombreuses pertes successives, la très grande majorité de novices perdra rapidement son sang froid comme nous l'avons indiqué ci-dessus.

Le jeu sur les chance simples présente donc un avantage certain sur ce plan là par rapport à un jeu dont les gains seraient plus rares (même si les bénéfices pourraient être intéressants), notamment un jeu sur des numéros pleins.

Le choix du type de jeu dépend de toute façon du caractère du joueur (est-il flambeur, systémier, prudent, gagne-petit,...), de son passé de joueur (la façon de jouer se forge avec le temps).Le novice, quant à lui, aura besoin de plusieurs séances de jeu consécutives pour que son tempérament de joueur ainsi que sa façon de jouer s'ajustent d'elles mêmes au fil du temps et des expériences.

 

 

Le principe de la permanence personnelle.

Abordons un sujet qui peut être l'objet de fortes divergences d'opinions même parmi les joueurs les plus chevronés.

De nombreux systèmes de jeu pour la roulette sont dépendants d'un signal d'attaque très précis.Par exemple, attendre que deux sizains soient à un écart supérieur à 20 et les jouer tous les deux en adoptant une légère montante par paliers.

Le problème de ce type de système est le temps nécéssaire qu'il faut attendre pour constater le signal (deux sizains à l'écart 20 ou plus).On peut très bien passer une heure sans jouer.Et quand bien même on jouerait enfin au bout d'une heure, il faudra peut-être attendre ensuite à nouveau une heur pour jouer encore.

Ce problème est encore plus accru lorsque l'on joue sur des signaux très rares comme par exemple un écart de 8 ou plus sur deux chances simples simultanément.Si l'on s'en réfère strictement à noter système, on peut alors très bien attendre plusieurs heures avant de jouer ou même ne pas rencontrer le signal une seule fois durant une soirée complète de jeu.

Comment remédier à ce défaut majeur ?

En recherchant le signal d'attaque chez soi !

De quelque manière que ce soit, on va procéder à des tirages successifs de boules chez soi : véritable roulette (attention à la qualité afin que le caractère aléatoire soit bien respecté), papiers dans un chapeau, etc.
On peut ainsi procéder à de nombreux tirages à un rythme élevé; on note les tirages successifs et on poursuit jusqu'à obtenir le signal d'attaque recherché.De cette façon, on peut aller à un rythme de 5 à 10 fois plus rapide qu'au casino.

Une fois le signal recherché atteint, on arrête les tirages chez soi et on se rend au casino pour jouer à n'importe quelle table.

On agit donc comme si tous les tirages effectués chez soi s'étaient déroulés à la table du casino à laquelle on va se rendre pour jouer.On a gagné un temps considérable car immédiatement arrivé au casino, on peut commencer à jouer.

Si vous n'aviez pas connaissance de telles pratiques, vous devez être particulièrement surpris voire septique quant à la pertinence d'une telle démarche.

Mais les adeptes de la permanence personnelle (ou indépendance des tirages) sont totalement convaincus de son bien-fondé et prêts à présenter tous les arguments pour vous convaincre.
Le principal argument est que chaque tirage est indépendant des autres donc que toute boule tirée qu'elle le soit à un endroit ou à un autre, à un moment ou à un autre, peut être notée à la suite d'autres boules tirées ou que ce soit à quel que moment que ce soit.

On trouverait sans doute assez logique de suivre une méthode en notant les boules d'une table de roulette un jour puis reprendre l'écriture de la permanence le lendemain à la même table même si l'on arrive pas au tout début, à l'ouverture de la table; alors pourquoi ne serait-ce pas valable pour des tirages effectués chez soi ?

De la même façon, on peut, lorsque l'on applique une méthode qui demande des écritures assez complexes à chaque boule, ne prendre en compte qu'une boule sur deux à une table de roulette; toujours selon le principe de l'indépendance des tirages.

On peut donc tout à fait mélanger des permanences anciennes dont on dispose avec des tirages avec bouts de papiers notés 0 à 36 et des tirages réels notés au casino,etc.

Réfléchissez bien à ce principe et si vous le percevez bien, vous pourrez gagner beaucoup de temps.

 

A suivre...

Crée jeudi 18 juin 2009


HAUT